De nouveaux visages, de nouvelles équipes et de nouveaux trucs rendent le patinage canadien excitant

KINGSTON, ONTARIO – Les effets de la saison post-olympique se sont dégagés aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire : des patineurs prenant une année de congé, des ruptures d’équipe, de nouvelles équipes, de nouveaux trucs et l’apparition de nouveaux visages.

Par-dessus tout, a affirmé Michael Slipchuk, directeur de la haute performance de Patinage Canada, bon nombre de jeunes et nouveaux visages se sont montrés à la hauteur et se sont taillés une place dans les équipes des Championnats du monde, des Championnats des quatre continents et des Championnats du monde juniors.

Les femmes ont amorcé la compétition samedi. La nouvelle championne nationale Gabby Daleman et la gagnante du programme libre Alaine Chartrand ont saisi l’occasion (compte tenu de l’absence de Kaetlyn Osmond en raison de blessures), obtenant toutes deux plus de 180 points. « Elles se sont montrées très compétitives », a déclaré M. Slipchuk.

Et, en l’absence du champion canadien à sept reprises, Patrick Chan, et du roi du quadruple, Kevin Reynolds, blessé, Nam Nguyen, seulement âgé de 16 ans, a obtenu de bons conseils de son entraîneur Brian Orser : cesser d’admirer les autres. « Tu es le meilleur sur la glace », a-t-il dit à son patineur au début de la semaine. Et, Nam l’a écouté, remportant le titre avec 256,88 points et devançant de 34 points son plus proche concurrent.

Seulement un an plus tôt, Nam traversait une mauvaise passe dans les événements du Grand Prix junior, ayant terminé en 23e place dans sa première compétition. Quatre mois plus tard, il a remporté les Championnats du monde juniors. Et, il ajoute des quadruples sauts à un rythme rapide, exigeant beaucoup de lui-même et selon Brian, travaillant plus dur que ses camarades d’entraînement plus célèbres, Yuzuru Hanyu et Javier Fernandez.

« Il a fait jaillir des étincelles », a ajouté M. Slipchuk. « Il représente une légitime menace pour se classer parmi les dix premières places (Brian croit qu’il pourrait se classer parmi les huit meilleurs) pour poursuivre nos victoires. » Et, Jeremy Ten, qui n’a pas fait partie d’une équipe mondiale depuis 2009, est revenu, revigoré, avec d’excellents programmes et un quadruple, dépassant ses objectifs de patiner pour la dernière fois à un championnat canadien.

M. Slipchuk estime qu’il est réaliste d’envisager que les champions de patinage en couple Meagan Duhamel et Eric Radford et les danseurs sur glace Kaitlyn Weaver et Andrew Poje pourraient se trouver sur un podium mondial, sinon remporter la médaille d’or. D’autres sont inconnus, a-t-il ajouté.

Les inconnus sont passionnants : une nouvelle équipe de patinage en couple composée de Lubov Ilyeshechkina et Dylan Moscovitch a ravi les foules à Kingston et gagné la médaille d’argent, mais ils n’ont participé qu’à une seule compétition senior B, en Pologne.

Autres faits saillants : Julianne Séguin et Charlie Bilodeau, nouvelle équipe senior médaillée de bronze à ces championnats, sont devenus membres des équipes mondiales junior et senior : leur objectif est de remporter le titre mondial junior cette année. M. Slipchuk affirme qu’ils ont pris leur plein essor cette saison, améliorant leurs notes par 40 points et se tournant vers la chorégraphe de danse Marie-France Dubrueil, pour leur donner une apparence différente.

Ils céderont toutefois leur affectation aux Championnats des quatre continents à Kirsten Moore-Towers et Michael Marinaro, qui ont terminé tout près derrière eux, en quatrième place dans l’épreuve de patinage en couple.

« Nous allons voir où ces patineurs s’inscrivent sur la scène mondiale », a fait remarquer M. Slipchuk. « Nous avons deux inscriptions qui ont fait leurs preuves. Pour le reste, nous aurons une meilleure idée après les Championnats des quatre continents. »

Entre temps, l’ancien champion du monde Patrick Chan reste dans les coulisses et a été le premier à féliciter Nam à titre de nouveau champion masculin senior.

Il semble que Patrick sera de retour l’an prochain. M. Slipchuk l’a vu s’entraîner à Detroit et il exécute toujours ses quadruples, a gardé sa prouesse technique et s’est même amélioré à certains égards. Patrick est toujours aussi talentueux : il a remporté le championnat ouvert du Japon, plus tôt cette année, avec l’une des notes de programme libre les plus élevées de la saison.

Lorsqu’on lui a demandé s’il manque rivaliser avec les autres Canadiens, Patrick a répondu : « Un petit peu ». On pouvait le voir dans ses yeux.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.