SCI 2014 NOTRE AMBASSADEUR DES ATHLÈTES : CRAIG BUNTIN

Par Debbi Wilkes

Craig Buntin, l’ambassadeur des athlètes des Internationaux Patinage Canada, était âgé de 10 ans quand il a chaussé pour la première fois des patins, à l’époque où sa famille a quitté Vancouver pour s’établir à Kelowna.

Il s’est vite rendu compte que le patinage était LA CHOSE à Kelowna. Toute la collectivité, plus particulièrement ses compagnons de classe, ne semblait vivre que pour le hockey. Bien entendu, comme tout enfant, il voulait faire partie du groupe et l’apprentissage du patinage est subitement devenu sa priorité. Il n’avait jamais mis les pieds sur la glace, mais il était impatient de découvrir en quoi le patinage était si fantastique pour ses nouveaux amis.

Sa mère l’a accompagné à la patinoire locale Memorial Arena où le Kelowna Figure Skating Club était installé.

Et puis, il lui fallait des patins de hockey. En route vers Canadian Tire.

Au cours de la toute première leçon de Patinage Plus, Craig a compris qu’il était différent des autres participants. En plus d’être de plusieurs années plus âgé que les autres, plus âgé et plus grand, il était également plus enthousiaste et motivé. S’il devait apprendre à patiner, il n’avait pas de temps à perdre. À la fin de la première semaine, il patinait déjà à reculons et exécutait des sauts simples pour se mettre à l’épreuve, bien qu’il portait des patins de hockey.

Il se rend compte aujourd’hui qu’il est tombé en amour avec le patinage dès qu’il a posé les patins sur la glace.

Sa passion pour le patinage est attribuable en partie à l’attitude de son entraîneure, Karen Bond, une enseignante patiente et bienveillante dont l’amour pour le patinage était contagieux. (Encore aujourd’hui, lorsque Craig se rend à Kelowna, il en profite pour rendre visite à Karen à la patinoire.)

Il s’en est suivi que Craig a vite reconnu que c’était le patinage artistique, et non le hockey, qui l’enthousiasmait. Un autre voyage au Canadian Tire s’imposait donc pour choisir des patins de patinage artistique… mais ils étaient tous blancs! Il a dû faire la tournée de tous les cordonniers de la ville pour en trouver un qui pourrait teindre les patins blancs en noir. Ils ont tous répondu « Non! » probablement parce que ses patins étaient en plastique plutôt qu’en cuir. Aucune teinture ne tiendrait. Finalement, un cordonnier a dit qu’il verrait ce qu’il pouvait faire.

« Je crois qu’il a utilisé une peinture noire en aérosol, raconte Craig, mais peu m’importait, mes patins étaient superbes. »

Chaussé de ses nouveaux patins noirs de patinage artistique, Craig était sur la bonne voie. Mais l’adaptation aux nouveaux patins était plus difficile que prévu, car il accrochait souvent les dents de patins dans la glace, ce qui, selon lui, lui a appris rapidement à garder l’équilibre et à maîtriser la vitesse et les carres. Il devait, ou apprendre à garder l’équilibre ou risquer de tomber en pleine face sur la glace.

Avec l’arrivée rapide de la première facture de patinage, Craig et sa mère ont réalisé que le patinage était un sport dispendieux. En tant que famille monoparentale, la mère de Craig savait que ce pourrait être un moment décevant pour son fils enthousiaste. Elle a discuté avec Craig de ce que cela voulait dire pour lui la participation future au sport.

Dans son for intérieur, elle désirait qu’il continue à patiner, consciente que le sport enseigne des habiletés qui vont bien au-delà des seules habiletés physiques, car il contribue à forger le caractère et à enseigner la détermination.

À 10 ans, seulement après une semaine de leçons, Craig savait déjà ce qu’il voulait et a immédiatement dit à sa mère « Je vais me rendre aux Jeux olympiques ».

Si les Jeux olympiques étaient vraiment le but qu’il se fixait, sa mère accepterait de le soutenir… mais à une condition. Il devrait travailler fort. Ce fut un moment décisif dans la vie du jeune Craig.

Le reste, c’est de l’histoire. La mère de Craig n’a jamais eu à lui rappeler leur entente.

Le dur travail qu’elle décrit l’a bel et bien mené aux Jeux olympiques de 2006, à Turin, en Italie, puis au sommet du podium national où lui et sa partenaire, Valérie Marcoux, ont gagné trois fois d’affilée le titre de champions canadiens de patinage en couple de 2004 à 2006, puis à quatre Championnats du monde avec Valérie et à deux autres avec sa partenaire Meagan Duhamel.

Fier de ses racines de Kelowna, Craig a continué à représenter le Kelowna Skating Club jusqu’aux championnats nationaux. Même après le changement de club d’appartenance, son ancien club a continué à le soutenir par des mots d’encouragement inspirants.

Quand il repense à sa carrière, Craig dit que le sport a été un phare dans sa vie. C’est le patinage qui lui a enseigné toutes les leçons de vie importantes, l’a aidé à développer les différents aspects de sa personnalité, lui a enseigné à gagner et à perdre avec grâce, et à soutenir tous les participants, y compris ses concurrents. Le patinage lui a aussi permis d’exploiter sa créativité, au point où il croit maintenant qu’il y a un aspect artistique à toute chose.

Craig était âgé de 18 ans au moment de la tenue des Internationaux Patinage Canada à Kamloops in 1998. Il se rappelle qu’il regardait la compétition, assis dans les gradins, désirant être sur la glace tant il était inspiré par la compétition. Il se rappelle aussi ses débuts à 10 ans, âge que l’on considère comme trop avancé en patinage artistique pour croire réellement qu’il est possible de se rendre aux Jeux olympiques.

Mais comme tous les grands champions, il a refusé de laisser les autres lui dicter son parcours, convaincu que peu importe à quelle compétition il prenait part, il se rapprochait plus de ses rêves qu’il ne semblait.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.