Mervin Tran porte la feuille d’érable avec sa nouvelle partenaire Natasha Purich

Rien de nouveau pour un patineur nommé Mervin que de faire face aux rebondissements inattendus de sa vie et de sa carrière.

Du 25 au 28 septembre, Mervin Tran concourra au Trophée Nebelhorn, en Allemagne, avec sa nouvelle partenaire de patinage en couple, Natasha Purich, une rousse fougueuse de l’Alberta qui participera à sa deuxième compétition seulement. Le Trophée Nebelhorn marquera leur première compétition ensemble et le début d’une carrière prometteuse.

La bonne nouvelle, c’est que Mervin, médaillé de bronze en patinage en couple aux Championnats du monde, pour le compte du Japon, aux niveaux les plus élevés, patine à présent pour le Canada, un pays qui lui tient à cœur.

Mervin est le fils d’une mère cambodgienne et d’un père vietnamien, qui sont venus au Canada en tant que réfugiés, incapables de parler l’anglais. Mervin est né à Regina, en Saskatchewan.

Le patinage artistique n’était pas au haut des priorités de la famille. De toute évidence, les Tran s’étaient astucieusement rendu compte qu’au Canada, les garçons jouaient au hockey et, ainsi, le jeune Mervin a commencé à pratiquer le hockey à Regina. Lorsque les entraîneurs ont dit à Mervin qu’il devait tout d’abord apprendre à patiner et lui ont suggéré de s’inscrire à Patinage Plus, Mervin a pris le chemin le moins souvent parcouru et est devenu un patineur de patinage en simple.

Il a concouru en simple jusqu’en 2007, lorsqu’il est devenu à contrecœur un patineur de patinage en couple. La minuscule patineuse japonaise Narumi Takahashi ne cessait depuis deux ans de demander à l’entraîneur montréalais de patinage en couple, Richard Gauthier, de lui trouver un partenaire en couple du Canada (les entraîneurs de patinage en couple et les patineurs masculins en couple au Japon étant aussi rares que des mitaines sur une plage de Miami). Le hasard faisant bien les choses, l’entraîneur de patinage en couple Bruno Marcotte faisait le trajet en voiture de Vancouver à Montréal en vue d’occuper un nouveau poste, travaillant avec l’entraîneur de patinage en couple Richard Gauthier, et s’est souvenu de Mervin en cours de route.

Mervin n’était pas du tout intéressé. Il a clairement répondu « non » à son entraîneur. Il croyait que le patinage en couple était un sport pour les concurrents qui ne pouvaient réussir comme patineurs en simple. « J’avais l’esprit fermé », avoue Mervin. Son entraîneur a toutefois conseillé à Mervin de ne pas refuser avant de l’avoir essayé. Les entraîneurs de Montréal l’ont persuadé de venir à Québec, du moins pour faire de bonnes emplettes, ce qui a fonctionné.

À Montréal, Mervin est tombé amoureux de la vitesse du patinage en couple. Une fois qu’il a propulsé Narumi Takahashi dans un saut lancé, il était mordu. Et, après cinq ans de patinage avec Narumi, patinant pour le Japon, l’équipe a été surprise de remporter une médaille de bronze aux Championnats du monde 2012, à Nice, en France. « J’ai encore l’impression de rêver », affirme Mervin. « Tout est arrivé si vite. »

Leur succès les a poussés à rêver plus loin : pourquoi pas les Jeux olympiques? Au début, Mervin n’avait aucunement l’intention de devenir un citoyen japonais, ce qui était exigé d’un concurrent olympique, parce que cela signifiait qu’il devrait aussi renoncer à son passeport canadien. À ce moment, Narumi et Mervin avaient aidé le Japon à gagner un Trophée mondial par équipes – et l’équipe japonaise avait toujours dépendu seulement de ses forts patineurs de patinage en simple. Maintenant, le pays comptait une équipe de patinage en couple de classe mondiale. Et, il devait y avoir une nouvelle épreuve de patinage en équipes aux Jeux olympiques de Sotchi.

Mervin a gazouillé qu’il continuerait à songer sérieusement à sa décision étant donné qu’il aimerait vraiment y aller. Le Japon l’avait appuyé quand les choses étaient difficiles. Mais, le tout s’est davantage compliqué : les règles exigeaient que Mervin habite au Japon pendant des années pour obtenir sa citoyenneté et compte tenu du fait que l’équipe s’entraînait au Canada, ça semblait impossible. Le président du comité olympique japonais a déclaré qu’il adresserait une demande au gouvernement pour aider Mervin à faire partie de l’équipe olympique.

Mervin a considéré combien de temps il lui faudrait pour redevenir un citoyen canadien après les Jeux olympiques. « Je veux vivre le reste de ma vie au Canada », a-t-il dit. « J’adore ce pays. »

Après avoir examiné la situation pendant quelque temps, Mervin a déterminé que les difficultés étaient insurmontables. Narumi a trouvé un nouveau partenaire japonais en février 2013 pendant qu’elle se rétablissait d’une chirurgie à l’épaule et au genou et, en mars, Mervin a fait équipe avec la très canadienne Natasha Purich.

La séparation n’a pas été facile pour leurs partisans, parce que Narumi et Mervin avaient établi une relation au fil des ans et « les gens ne l’oublieront pas de sitôt », a-t-il signalé. « Mais, Natasha et moi commençons quelque chose de nouveau. Ça fait seulement six mois. Nous n’avons pas encore établi ce genre de relation, mais nous espérons continuer à aller de l’avant pendant de nombreuses années. »

Ironiquement, Mervin verra son ancienne partenaire, Narumi Takahashi, au Trophée Nebelhorn avec son nouveau partenaire, Ryuchi Kihara, un patineur de niveau junior qui avait été dixième au classement des Championnats du monde juniors 2011 en patinage en simple. Narumi et Ryuchi s’entraînent à Detroit, sous la direction de Yuka Sato et de Jason Dungjen.

Natasha Purich a passé sa carrière comme patineuse junior prometteuse de patinage en simple et en couple et elle fait un grand pas en avant. « C’est une tout autre paire de manches », admet-elle. « C’est excitant de pouvoir concourir à ce niveau avec quelque qu’un qui est déjà passé par là. J’ai été vraiment chanceuse. »

Natasha n’est que la deuxième partenaire de Mervin, mais ils se connaissaient déjà. Natasha patinait déjà à Montréal avec Sébastien Arcieri, avec qui elle avait gagné la médaille d’argent nationale junior, la saison dernière. En patinage en simple féminin, elle a terminé quatrième au niveau junior, ratant une médaille de seulement 0,14 point.

Natasha a concouru au niveau senior qu’une seule fois avec son partenaire de patinage en couple Raymond Schultz, avec lequel elle a terminé en huitième place au Trophée NHK, durant la saison 2011-2012.

Au Trophée Nebelhorn, ils se mesureront aussi aux champions du monde en titre Tatiana Volosozhar et Maxim Mervinkov, de Russie. Il y aura 19 équipes de patinage en couple à l’événement, dont 13 s’efforceront de se qualifier pour Sotchi. Le Canada a déjà qualifié un maximum de trois places pour le patinage en couple à Sotchi, de sorte que le Trophée Nebelhorn sera une question d’acquisition d’expérience pour Natasha et Mervin. Narumi Takahashi et Ryuchi Kihara devront se qualifier pour une place pour le Japon au Trophée Nebelhorn.

« Nous voulons montrer que nous sommes une équipe compétitive », a déclaré Mervin. « Notre but principal est le long terme. Nous aimerions concourir aux Jeux olympiques, mais nous planifions pour les quatre à huit prochaines années. Nous croyons que nous n’avons rien à perdre. Ce sera une excitante année. »

Beverley Smith

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.