Stojko et Bourne en vedette dans Blades On Stage, le « Broadway holiday spectacular on ice »

Elvis Stojko est fort occupé ces jours-ci.

D’abord, le tri-champion du monde de patinage artistique a récemment fait ses débuts à Broadway en jouant le rôle de Billy Flynn, un avocat manipulateur et enjôleur, dans Chicago : The Musical.

Fort de ce premier contrat passé, Elvis Stojko fait maintenant équipe avec la championne du monde et chorégraphe renommée Shae-Lynn Bourne pour le rôle principal dans Blades On Stage, soit le « Broadway holiday spectacular on ice ». Juste à temps pour la période des fêtes, Mirvish Productions présente le spectacle avec une distribution impressionnante de patineurs dans de seconds rôles dont Violetta Afanasieva et Peter Dack, au théâtre Princess Of Wales de Toronto, de la veille de Noël au 4 janvier.

Si les comédies musicales et les spectacles de la période des Fêtes ne prennent pas tout son temps, la rapidité d’action est certainement le thème du calendrier de Stojko.

Ce grand amateur du sport motorisé a transformé sa passion en entamant une seconde carrière à titre de coureur de compétition de kart de calibre national et international. Pour ce qui est de ses aspirations, Stojko admet que s’il souhaite demeurer actif dans les domaines du patinage et du théâtre, il s’efforce de garder la pédale au plancher, au sens propre et figuré.

« La course de kart va très bien et c’est très amusant », dit Stojko pendant une pause à la répétition de Blades On Stage.

« La tournée hivernale en Floride s’en vient. Il y aura des gars de IndyCar, des pilotes de renom, qui participeront à la course. Je suis impatient d’y participer et je prends la chose très au sérieux. C’est ce que je veux faire. »

La course de kart est plus qu’un simple passetemps pour Stojko. Il parle sans hésitation de son objectif final qui est de poursuivre avec détermination son ascension dans le sport jusqu’à ce qu’il réussisse à courir dans les plus grandes compétitions.

Pour un type qui compte dans sa collection de trophées trois médailles d’or du monde et deux médailles d’argent des Jeux olympiques, personne ne veut parier contre lui!

« Le sport motorisé a toujours fait partie de ma vie, avoue Stojko, également expert en arts martiaux. La course automobile est mon objectif et je pense avoir les habiletés et le talent pour en faire un sport professionnel. Je reçois le bon soutien et je suis entouré des bonnes personnes qui m’appuient. Il me reste à trouver les commandites qui me permettront de me rendre au niveau suivant et à déterminer jusqu’où je veux me rendre.

« Après ça, il n’y a pas de limite. »

Stojko devra se faire à l’idée de laisser son kart puissant à la maison pour les prochaines semaines.

S’il avait envie de faire des pirouettes sur les roues de son bolide entre les spectacles de Blades On Stage, il n’aura pas grand place pour exécuter des virages en épingle. En effet, les acteurs de Blades on Stage feront des pirouettes sur une mince surface de glace plutôt restreinte, faite sur mesure pour la scène du Princess of Wales, qui crée un décor unique et intime entre les spectateurs et les exécutants.

« C’est un défi parce que nous disposons d’une surface de 40 pieds sur 55 pieds, avoue Stojko. Bien des gens nous demandent si c’est de la vraie glace ».

« Oui, ce l’est, ajoute-t-il en riant. Ce sera de la vraie glace sur la scène – une première au Canada – ce qui est vraiment excitant. »

Si Stojko avait dans sa liste de souhaits de « jouer un jour dans une comédie musicale sur Broadway », il peut désormais dire que c’est mission accomplie. Fils d’un ténor de formation classique, Stojko a lancé son premier album, 100 Lifetimes, en 2010, avant de tenter sa chance au théâtre en interprétant le rôle de Billy Flynn dans Chicago: The Musical.

Le rôle a été joué par des artistes tels Billy Ray Cyrus, Alan Thicke, Tom Wopat et Richard Gere, qui a interprété Flynn dans le film oscarisé il y a plus de dix ans.

« C’était incroyable, dit Stojko, en parlant de ses débuts sur Broadway. J’ai d’abord pensé que j’avais les yeux plus gros que la panse après la première semaine de répétition à New York, mais rien de mieux que de travailler avec des professionnels de haut calibre. J’ai réussi à m’y faire et à vraiment incarner mon personnage. »

« De spectacle en spectacle, je devenais plus solide et quand je suis arrivé à Toronto pour livrer ma performance (en mars dernier), je me sentais parfaitement à l’aise. Ça a été une expérience incroyable que j’aimerais revivre. Je m’en souviendrai toute ma vie. »

Les projecteurs de Blades On Stage seront également dirigés sur Bourne qui a fait équipe avec Victor Kraatz pour remporter en 2003 les championnats du monde de danse sur glace, le fait saillant d’un parcours impressionnant qui comprend dix titres de champions canadiens et trois participations aux Jeux olympiques.

Bourne a une réputation établie de chorégraphe majestueuse qui travaille avec des étoiles comme le champion olympique en titre Yuzuru Hanyu, Joannie Rochette, Ashley Wagner, Akiko Suzuki, Daisuke Takahashi et Jeremy Abbott. Elle crée également les chorégraphies des étoiles montantes canadiennes de danse sur glace Kaitlyn Weaver et Andrew Poje qui viennent de remporter la médaille d’or à la finale du ISU Grand Prix.

Tout comme Stojko, Bourne dit que Blades On Stage présente des défis uniques et qu’elle est impatiente de réunir le patinage et Broadway au cours de la période des Fêtes.

C’est la vitesse – patiner sur une scène procure une sensation très différente qu’il serait impossible de ressentir dans un autre spectacle de Broadway », dit Bourne. C’est excitant, car je n’ai jamais patiné sur une aussi petite surface. J’ai trouvé une façon de reproduire la vitesse au théâtre. »

« Ce que j’aime le plus, c’est l’aspect artistique du patinage, la chorégraphie, le divertissement et l’interprétation, ajoute Bourne. Ça me donne l’occasion de faire preuve de créativité dans l’utilisation de la surface glacée dont nous disposons. »

« Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire, même sur une petite surface. Il faut juste faire preuve d’un peu plus de créativité. »

Duhamel/Radford, Weaver/Poje mettent fin à la disette canadienne avec des médailles d’or dans la finale du Grand Prix de l’ISU

BARCELONE – Le Canada a connu ses plus gros succès dans la finale du Grand Prix de patinage artistique de l’ISU en 13 ans, samedi.

Meaghan Duhamel, de Lively, en Ontario, et Eric Radford, de Balmertown, en Ontario, ont battu leur record canadien pour remporter la médaille d’or en couples et Kaitlyn Weaver et Andrew Poje, de Waterloo, en Ontario, ont aussi réussi un record personnel dans la victoire en danse.

Ce sont les premières médailles d’or du Canada dans la finale du Grand Prix depuis que Patrick Chan a gagné chez les hommes en 2011 et la première victoire en couples et en danse depuis 2001. Dans cette finale du Grand Prix à Kitchener, en Ontario, Jamie Sale et David Pelletier avaient récolté la couronne en couples et Shae-Lynn Bourne et Victor Kraatz celle en danse.

Duhamel et Radford ont produit 220,72 points ce qui a amélioré leur record personnel précédent de 213,62 établi aux championnats canadiens en janvier 2014. Cela les classe aussi quatrièmes de tous les temps dans la liste des points de l’ISU. Les médaillés olympiques d’argent Ksenia Stolbova et Fedor Klimov, de Russie, les favoris en couples avant la compétition, ont obtenu la médaille d’argent avec 213,72 et Wenjing Sui et Cong Han, de Chine, ont terminé troisièmes avec 194,31.

Le fait saillant du programme libre de Duhamel et Radford, samedi, – exécuté au son d’une musique par Muse – a été de réussir le quadruple Salchow lancé. Il a eu lieu tout juste après que Duhamel ait touché la glace des deux mans dans le triple Lutz côte à côte.

« Nous étions tellement confiants dans notre quadruple Salchow que cela n’avait pas d’importante que j’aie touché dans le Lutz, a dit Duhamel. Il (le quad) a été tellement constant pour nous à l’entraînement que nous allions l’exécuter peu importe ce qui se passait. »

Radford était certainement satisfait que la lumière verte était allumée.

« Nous avons attendu toute la saison de patiner ainsi, a dit Radford, qui a mentionné qu’il était présent quand Sale et Pelletier ont gagné leur médaille d’or en 2001. Ceci était la première fois que nous réussissons le quad comme nous le faisons à l’entraînement. C’était très excitant. »

Après s’être classés premiers dans le programme court de jeudi, Duhamel et Radford étaient les derniers patineurs à participer au dernier groupe de six équipes.

« Nous savions que les Russes patineraient un programme propre. Ils ont été très constants toute l’année, a dit Duhamel. Mais il semble toujours que c’est notre sort de passer après d’excellentes performances. Nous avons surpassé tous nos objectifs pour la première moitié de la saison et nous voulons hausser notre niveau pour la deuxième moitié »

Weaver-Poje-GPF-Gold

En danse, Weaver et Poje ont amélioré leur note de la performance médaillée d’argent de la saison dernière aux championnats du monde avec 181.14 points. Madison Chock et Evan Bates, des É.-U, ont terminé deuxièmes avec 167,09 et Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, de France, troisièmes avec 162,39.

« C’est définitivement notre plus forte performance jusqu’à maintenant et c’est excellent de voir que le programme grandit encore, a dit Poje. Nous avons vraiment présenté de l’émotion et nous étions tellement connectés sur la glace que l’histoire a vraiment paru. »

Les Canadiens ont patiné au son d’extraits des Quatre Saisons de Vivaldi.

« Il est difficile de choisir un moment qui ressort vraiment pour nous dans ce que nous avons fait sur la glace parce que nous étions tellement concentrés, a dit Weaver. Mon meilleur souvenir est probablement la portée parce qu’elle a reçu autant de réaction de la foule. »

Le public n’a pas été d’accord avec les notes des juges pour Piper Gilles et Paul Poirier, de Toronto, qui se sont classés cinquièmes.

« Nous avons un peu cafouillé lors d’une des portées et cela n’a probablement pas été notre meilleure programme libre global, a dit Poirier. En même temps nous n’avons fait aucune grosse erreur et nous avons atteint notre objectif de produit deux solides programmes cette semaine. »

Le Canada a aussi eu du succès chez les juniors cette semaine dont avec la médaille d’or de Charlie Bilodeau, de Trois-Pistoles, au Québec, et Julianne Séguin, de Longueuil, au Québec, en couples, vendredi.

AVIS: La directrice des communications de Patinage Canada, Barb MacDonald, sera la contact des médias à la compétition. Pour organiser des entrevues sur place veuillez communiquer avec elle par courriel à [email protected]

Résultats complets: http://www.isuresults.com/results/gpf1415/

Duhamel-Radford-GPF-1

Séguin et Bilodeau gagnent une médaille d’or dans le Grand Prix

BARCELONE – Julianne Séguin, de Longueuil, au Québec, et Charlie Bilodeau, de Trois-Pistoles, au Québec, ont battu leur record canadien et gagné la médaille d’or en couples juniors, vendredi, dans la finale du Grand Prix junior de patinage artistique.

Séguin et Bilodeau, seulement à leur deuxième saison ensembles, ont totalisé une marque nationale junior de 175,57 points pour demeurer invaincus cette saison en trois compétitions. Ils ont terminé devant quatre duos russes dont Lina Fedorova et Maxim Miroshkin, deuxièmes avec 165,78.

« Nous avons apporté attention aux petits détails dans notre patinage et cela a fait une grosse différence, a dit Séguin.  C’est un programme sur lequel nous avons travaillé fort et nous pouvons simplement nous laisser porter par la musique une fois que nous sommes sur la glace. »

Dans la danse courte senior, Kaitlyn Weaver et Andrew Poje, de Waterloo, en Ontario, ont affiché une meilleure note de la saison avec 71,34 pour se classer premiers. Madison Chock et Evan Bates, des É.-U., sont deuxièmes avec 65,06 et leurs compatriotes Maia Shibutani et Alex Shibutani troisièmes avec 63,90.

« Nous avons atteint nos niveaux et les aspects de la performance, a dit Weaver. Tout depuis notre dernière compétition (il y a deux semaines au Grand Prix du Japon) s’est amélioré. Nous avons encore laissé des points sur la table et il y a de la place pour faire encore mieux dans la deuxième moitié de la saison. »

Poje voit la finale comme un examen de mi-session.

« Nous visons obtenir le momentum pour la deuxième moitié de la saison en améliorant nos performances à chaque fois que nous patinons, a dit Poje. Nous voulons tout solidifier pour la deuxième moitié de la saison et nous avons réussi cela dans la danse courte. »

Piper Gilles et Paul Poirier, de Toronto, sont quatrièmes avec leur meilleure note de la saison de 62,49.

« Ce programme continue constamment de s’améliorer lors de chaque exécution, a dit Poirier. C’est vraiment bien pour nous lors des deux dernières compétitions de ne pas avoir fait d’erreurs majeures. Nous sommes vraiment à l’aise avec lui et nous devons simplement le polir encore davantage. »

En danse junior, Mackenzie Bent, d’Uxbridge, en Ontario, et Garrett MacKeen, d’Oshawa, en Ontario, ont pris le quatrième rang tandis que Madeline Edwards, de Port Moody, en C.-B., et ZhaoKai Pang, de Burnaby, en C.-B., se sont classés cinquièmes. Anna Yanovskaya et Sergey Mozgov ont conduit la Russie à un balayage des médailles.

Bent et Uxbridge ont terminé à seulement trois points du podium.

« Nous nous sentions vraiment fort à chaque pas que nous faisions et c’était notre objectif, a dit Bent. Il n’y a rien à perdre pour nous et nous voulions nous battre pour cette médaille. C’était une excellence expérience pour nous. »

Chez les hommes juniors, Shoma Uno a conduit le Japon à un doublé tandis que Roman Sadovsky, de Vaughan, en Ontario, a produit un programme libre propre qui a reçu une ovation passionnée de la foule. Il est passé de la sixième à la cinquième place en tout.

« Je me sentais comme si je me suis racheté après un programme court difficile, a dit Sadovsky. Je pense que j’ai appris que je dois me détendre davantage pendant mon programme et prendre les éléments un à la fois et ne pas laisser les erreurs m’affecter. J’ai patiné un programme propre aujourd’hui. »

La compétition se terminera samedi avec les quatre programmes libre seniors.

Avis: Barb MacDonald, directrice des Communications de Patinage Canada, sera le contact médiatique à l’événement.

Résultats: http://www.isuresults.com/results/gpf1415/

Duhamel et Radford sont en tête après le programme court dans la finale du Grand Prix

BARCELONE – Meaghan Duhamel, de Lively, en Ontario, et Eric Radford, de Balmertown, en Ontario, ont obtenu leur meilleure note à vie pour les éléments et sont au premier rang après le programme court en couples dans la finale du Grand Prix de patinage artistique de l’ISU.

Les doubles médaillés de bronze des championnats du monde ont obtenu leur meilleure note de la saison avec 74,70 points (incluant 34,49 pour les éléments) pour leur performance au son d’Un peu plus haut de Ginette Reno. Dans les scores détaillés, l’un des juges leur a donné un 10 sur l’élément de chorégraphie.

Les médaillées olympiques d’argent Ksenia Stolbova et Fedor Klimov, de Russie, sont deuxièmes avec 72,33 et Wenjing Sui et Cong Han, de Chine, troisièmes avec 66,66.

« Les éléments ont toujours été considérés notre point faible, a dit Radford. Terminer devant le couple russe qui est extrêmement fort techniquement est un grand pas pour nous. Nous étions vraiment dans le moment ce soir. Rien ne pouvait nous arrêter. »

Duhamel et Radford ont connu une saison superbe avant la finale en gagnant leurs trois compétitions cet automne, dont leurs deux assignations dans les Grands Prix. Malgré tout la nervosité était présente.

« Je me sentais plus nerveuse qu’habituellement, a dit Duhamel. Je ne savais pas à quoi m’attendre et j’espérais que je pourrais trouver la zone. Une fois que la musique a commencé et que nous étions bien ensembles avant le premier élément, j’ai su que tout se passerait bien. »

Ce premier élément était une triple vrille qui a été suivi par un triple Lutz côte-à côte et un triple Salchow lancé qui ont donné le ton pour une performance sans bavure.

Un couple canadien est aussi en tête dans la finale du Grand Prix junior

Également à Barcelone, il y a la finale du Grand prix junior. En couples, Julianne Séguin, de Longueuil, au Québec, et Charles Bilodeau, de Trois-Pistoles, au Québec, sont en tête après le programme court avec une meilleure note internationale de 59,22 points. Quatre couples russes suivent au classement, dont Lina Fedorova et Maxim Miroshkin, seulement 0,18 derrière les meneurs.

« Nous ne pourrions pas être plus heureux de notre performance, a dit Bilodeau, qui a gagné ses deux assignations dans le Grand Prix avec sa partenaire cette saison. Nous avons exécuté tous nos éléments et atteint les niveaux quatre même lors de notre vrille pour la première fois. Cela nous donne beaucoup de confiance pour le programme libre. »

En danse, Mackenzie Bent, d’Uxbridge, en Ontario, et Garrett MacKeen, d’Oshawa, en Ontario, sont quatrièmes après la danse courte tandis que Madeline Edwards, de Port Moody, en C.-B., et ZhaoKai Pang, de Burnaby, en C.-B., sont cinquièmes.

Bent et MacKeen ne sont qu’à 1,24 point de la troisième place.

« Le jeu de pieds a retenu beaucoup de notre attention à l’entraînement et a été vraiment ce que nous voulions, a dit Bent. Nous avons prix notre temps, nous sommes assuré que tous les virages étaient propres et perfectionnés au niveau exact comme à l’entraînement. Dans la danse libre nous voulons simplement continuer dans la même direction qu’aujourd’hui. »

Edwards et Pang sont aussi dans la course aux médailles à seulement 2,92 points de la troisième place.

« Un de nos objectifs cette saison était de simplement venir ici, a dit Pang. Notre danse courte aujourd’hui n’a pas été notre meilleure, mais nous sommes tout de même heureux de ce que nous avons fait. C’est un programme que nous aimons. »

Chez les hommes, Roman Sadovsky, de Vaughan, en Ontario, est sixième après le programme court.

La compétition se poursuivra vendredi avec les programmes courses en danse senior et les programmes libres masculins et féminins pour les quatre épreuves juniors. Les quatre finales seniors auront lieu samedi.

Avis : Barb MacDonald, directrice des Communications de Patinage Canada, sera le contact médiatique à l’événement. Pour prendre des dispositions d’entrevue sur place, veuillez communiquer avec elle par courriel à [email protected]

Billets toutes épreuves: Championnats du monde ISU de patinage synchronisé 2015

OTTAWA (ONT.) – Les billets toutes épreuves des Championnats du monde ISU de patinage synchronisé 2015 sont en vente maintenant mercredi 10 décembre, à 10 h (HE). Dans le cadre de ces championnats du monde, les meilleures équipes de patinage synchronisé au monde concourront au FirstOntario Centre, les 10 et 11 avril 2015, à Hamilton, en Ontario.

Les forfaits de billets toutes épreuves en vue de l’événement de deux jours coûtent 100 $ pour la section inférieure et 75 $ pour la section supérieure, plus frais supplémentaires applicables. Les billets peuvent être achetés en ligne sur le site Web www.ticketmaster.ca, par téléphone au 1‑855-985-5000 ou en personne à la billetterie du FirstOntario Centre.

Il s’agira de la 16e édition des championnats, le Canada ayant remporté des médailles à dix d’entre eux dans le passé. Plus récemment, NEXXICE, du Club de patinage Burlington, a gagné la médaille d’argent aux Championnats du monde 2014, tenus à Courmayeur, en Italie.

On s’attend à ce que vingt-cinq équipes de vingt pays participent à l’événement, le Canada comptant deux inscriptions.

Des billets de groupe sont toujours offerts pour les achats d’au moins 15 billets de groupe. Contactez Madeleine Wendland directement par courriel à [email protected] ou par téléphone au 905-546-4095 pour plus de renseignements.

 

Treize patineurs canadiens se rendront à la finale du Grand Prix ISU à Barcelone

OTTAWA (ONT.) – À la suite des excellents résultats qu’ont connus les athlètes sur le circuit international durant l’été et l’automne, Patinage Canada comptera trois inscriptions, représentant un total de six patineurs, qui concourront contre les meilleurs patineurs artistiques au monde. Ils se sont tous qualifiés pour la finale du Grand Prix ISU de patinage artistique qui aura lieu du 11 au 14 décembre 2014, à Barcelone, en Espagne.

La finale du Grand Prix senior ISU est le dernier événement du circuit Grand Prix senior ISU de patinage artistique. La série compte six arrêts : États-Unis (Skate America), Canada (Internationaux Patinage Canada), Chine (Coupe de Chine), France (Trophée Éric Bompard), Russie (Coupe Rostelecom) et Japon (Trophée NHK). Les patineurs accumulent des points en fonction de leurs classements aux événements auxquels ils sont affectés et les six meilleurs de chacune des quatre disciplines avancent à la finale.

Dans la catégorie senior, le Canada sera représenté par Meagan Duhamel, 28 ans, de Lively, Ont., et Eric Radford, 29 ans, de Balmertown, Ont., en patinage en couple. Le Canada aura deux inscriptions en danse sur glace : Kaitlyn Weaver, 25 ans, de Waterloo, Ont., et Andrew Poje, 27 ans, de Waterloo, Ont., ainsi que Piper Gilles, 22 ans, de Toronto, Ont., et Paul Poirier, 22 ans, d’Unionville, Ont.

Plus tôt cette saison, le Canada a qualifié quatre inscriptions, représentant un total de sept patineurs, pour la finale du Grand Prix junior ISU, qui se déroule aussi à Barcelone, en Espagne, du 11 au 14 décembre 2014. De façon semblable à la qualification pour les patineurs seniors, les juniors sont affectés à deux événements de la série comptant sept événements. Seuls les six meilleurs de chaque catégorie avancent à la finale.

Dans la discipline junior, le Canada sera représenté par Roman Sadovsky, 15 ans, de Vaughan, Ont., chez les hommes, Julianne Séguin, 17 ans, de Longueuil, Qc, et Charlie Bilodeau, 21 ans, de Trois-Pistoles, Qc, en patinage en couple. On compte aussi deux inscriptions juniors en danse sur glace, soit Mackenzie Bent, 17 ans, d’Uxbridge, Ont., et Garrett MacKeen, 20 ans, d’Oshawa, Ont., ainsi que Madeline Edwards, 18 ans, de Port Moody, C.-B., et ZhaoKai Pang, 19 ans, de Burnaby, C.-B.

Les médaillés d’argent des Jeux olympiques (épreuve par équipe) et deux fois médaillés de bronze des Championnats du monde Meagan Duhamel, 28 ans, de Lively, Ont., et Eric Radford, 29 ans, de Balmertown, Ont., seront l’inscription en patinage en couple du Canada. Ils ont été médaillés d’or à leurs deux affectations du Grand Prix cette saison, les Internationaux Patinage Canada et le Trophée NHK. Les représentants du CPA Walden et du CPA Saint-Léonard se sont classés cinquièmes à la finale la saison dernière; il s’agira de leur quatrième participation à la finale. Ils s’entraînent avec Richard Gauthier, Bruno Marcotte et Sylvie Fullum, au CPA Saint-Léonard.

Les médaillés d’argent des Championnats du monde, Kaitlyn Weaver, 25 ans, de Waterloo, Ont., et Andrew Poje, 27 ans, de Waterloo, Ont., sont en tête des inscriptions canadiennes en danse sur glace. Kaitlyn et Andrew ont remporté la médaille d’or aux Internationaux Patinage Canada et au Trophée NHK, ce qui leur a mérité leurs billets à destination de Barcelone. Il s’agira de leur quatrième participation à la finale, s’étant classé cinquièmes en 2013. Représentant le CPA Sault et le CP Kitchener-Waterloo, les médaillés à sept reprises des Championnats canadiens s’entraînent avec Pasquale Camerlengo et Angelika Krylova, à Bloomfield Hills, Michigan.

Piper Gilles, 22 ans, de Toronto, Ont., et Paul Poirier, 22 ans, d’Unionville, Ont., feront leur première apparition à titre d’équipe à la finale du Grand Prix, à Barcelone, aussi en danse sur glace. Ils ont remporté des médailles d’argent à leurs deux affectations du Grand Prix, les Internationaux Patinage Canada et le Trophée Éric Bompard. Représentant le CPA Scarboro, ils s’entraînent avec Carol Lane, Juris Razgulajevs, Jon Lane et Roy Bradshaw, à Ice Dance Elite, à Scarborough, Ont.

Finale du Grand Prix junior isu

Roman Sadovsky, 15 ans, de Vaughan, Ont., a amorcé sa saison par une médaille d’or à Ostrava, en République tchèque, le troisième arrêt du circuit junior. Il s’est ensuite classé au quatrième rang à Dresde, en Allemagne, le sixième arrêt du circuit. Tracey Wainman et Gregor Filipowski entraînent Roman, au YSRA Winter Club.

En patinage en couple, Julianne Séguin, 17 ans, de Longueuil, Qc, et Charlie Bilodeau, 21 ans, de Trois‑Pistoles, Qc, ont été médaillés d’or à leurs deux affectations (Ostrava et Dresde) et participeront à la finale à titre d’équipe de patinage en couple la mieux classée. Représentant le CPA Longueuil et le CPA Chambly, ils s’entraînent avec Josée Picard et Marc-André Craig.

Les danseurs sur glace Mackenzie Bent, 17 ans, d’Uxbridge, Ont., et Garrett MacKeen, 20 ans, d’Oshawa, Ont., prendront part à la finale en tant qu’équipe classée au deuxième rang. Mackenzie et Garrett ont été médaillés d’or au troisième arrêt à Ostrava, en République tchèque, et d’argent au cinquième événement, tenu à Tallinn, en Estonie. Ils s’entraînent à Scarboro Ice Dance Elite avec leurs entraîneurs Juris Razgulajevs et Carol Lane.

Madeline Edwards, 18 ans, de Port Moody, C.-B., et ZhaoKai Pang, 19 ans, de Burnaby, C.-B., sont la deuxième inscription en danse sur glace pour le Canada. Leur saison s’est amorcée au premier événement du Grand Prix junior ISU à Courchevel, en France, par une performance médaillée d’argent. Madeline et ZhaoKai ont ensuite amélioré ce résultat, remportant la médaille d’or à Aichi, au Japon, le quatrième arrêt du circuit. Les représentants du CPA Burnaby s’entraînent avec Megan Wing et Aaron Lowe, au Champs International Skating Centre.

Barb MacDonald, directrice des Communications de Patinage Canada, sera le contact médiatique à l’événement. Pour prendre des dispositions d’entrevue sur place, veuillez communiquer avec elle par courriel à [email protected]

Le directeur de Haute performance de Patinage Canada, Mike Slipchuk, sera le chef de l’équipe canadienne à l’événement. Marie Bowness, de Bedford, N.-É., le Dr Bob Brock, de Toronto, Ont., et la physiothérapeute Agnes Makowski, de Toronto, Ont., constitueront le personnel médical canadien sur place. Susan Heffernan, de Roberts Creek, C.-B., et Leslie Keen, de Vancouver, C.-B., seront les officielles canadiennes à l’événement.

La présidente de Patinage Canada, Leanna Caron, et le chef de la Direction générale, Dan Thompson, se rendront aussi à l’événement pour représenter Patinage Canada.

Pour les résultats et les inscriptions complètes, veuillez visiter www.isu.org.

INSCRIPTIONS CANADIENNES À LA FINALE DU GRAND PRIX SENIOR ISU

Discipline Nom Âge Ville Club Entraîneur
Patinage en couple Meagan Duhamel / Eric Radford 28 ans / 29 ans Lively, Ont. / Balmertown, Ont. CPA Walden / CPA Saint-Léonard Richard Gauthier / Bruno Marcotte
Danse sur glace Kaitlyn Weaver / Andrew Poje 25 ans / 27 ans Waterloo, Ont. – Houston, TX / Waterloo, Ont. CPA Sault / CP Kitchener-Waterloo Pasquale Camerlengo / Angelika Krylova
Danse sur glace Piper Gilles / Paul Poirier 22 ans / 22 ans Toronto, Ont. – Colorado Springs, CO, É.-U. / Unionville, Ont. CPA Scarboro / CPA Scarboro Carol Lane / Juris Razgulajevs

INSCRIPTIONS CANADIENNES À LA FINALE DU GRAND PRIX JUNIOR ISU

Discipline Nom Âge Ville Club Entraîneur
Hommes Roman Sadovsky 15 ans Vaughan, Ont. YRSA Winter Club Tracey Wainman / Gregor Filipowski
Patinage en couple Julianne Séguin / Charlie Bilodeau 17 ans / 21 ans Longueuil, QC / Trois-Pistoles, QC CPA Longueuil / CPA De Drummondville Inc. Josée Picard / Patrice Archetto
Danse sur glace Mackenzie Bent / Garrett MacKeen 17 ans / 20 ans Uxbridge, Ont. / Oshawa, Ont. CP Uxbridge / CPA Bowmanville Juris Razgulajevs / Carol Lane
Danse sur glace Madeline Edwards /  Zhao Kai Pang 18 ans / 19 ans Port Moody, C.-B. / Burnaby, C.-B. CP Inlet / CP Inlet Megan Wing / Aaron Lowe

Prochain arrêt : Barcelone

Une équipe canadienne formée de six membres s’est qualifiée en vue de la finale du Grand Prix, qui aura lieu à Barcelone, la semaine prochaine. Cette année, ils danseront, lanceront et soulèveront comme personne d’autre.

Pour le Canada, en l’absence cette fois de patineurs comme Elvis Stojko, Joannie Rochette ou Jeff Buttle (ou même Emanuel Sandhu), les patineurs en simple masculin et féminin du pays sont exclus tandis que les équipes de patinage en couple et de danse sont prêtes à livrer bataille. Elles sont puissantes et ont fait leurs preuves comme gagnantes.

En fait, les champions canadiens de patinage en couple, Meagan Duhamel et Eric Radford, et leurs émouvants doubles de danse, Kaitlyn Weaver et Andrew Poje, ont connu des résultats semblables afin de se rendre à la finale du Grand Prix cette saison, ayant tous deux remportés de manière décisive leurs événements du Grand Prix de cette année. D’après une légende apparaissant sous une photo des quatre patineurs ensemble à la fin du Trophée NHK, ils ne forment qu’une équipe.

Leurs fiches sont étrangement semblables. Meagan et Eric ainsi que Kaitlyn et Andrew ont obtenu une quatrième place et deux cinquièmes places dans leurs trois apparitions antérieures à la finale du Grand Prix. Mais, il s’agit d’une ère différente et d’un moment différent. Ces deux équipes ont pris leur plein essor.

« La plus grande différence cette année, c’est que nous n’avons pas réussi de justesse à participer à la finale, comme les deux dernières années », a avoué Meagan. « C’est en fait excitant pour nous. »

Les danseurs Piper Gilles et Paul Poirier participent à la finale pour la première fois de leur carrière, bien que Paul ait gagné une médaille de bronze en 2011 avec son ancienne partenaire, Vanessa Crone.

Dans le passé, les hommes et les danseurs sur glace canadiens se sont avérés très prolifiques en ce qui concerne les médailles à la finale du Grand Prix. Pas autant les équipes de patinage en couple, bien que le Canada compte de longs antécédents de réussites dans cette discipline. Le Canada n’a remporté aucune médaille, de quelle couleur que ce soit, en patinage en couple à la finale du Grand Prix depuis que Jamie Salé et David Pelletier ont enregistré des victoires consécutives en 2001 et 2002, en route vers une médaille d’or olympique, il y a 12 ans.

Mais, Meagan et Eric iront à la finale du Grand Prix avec un nouveau truc (quadruple Salchow lancé) et une nouvelle attitude. « Nous n’avons plus aucune crainte lorsque nous patinons », a signalé Meagan. « L’an dernier, j’avais toujours peur de perdre. J’avais peur qu’une autre équipe canadienne obtienne des notes plus élevées que les nôtres. Maintenant, nous sommes maîtres de la situation. »

« Nous exercions trop de pression sur nous-mêmes », a déclaré Eric. « Nous concentrions trop d’énergie sur tout le monde, au lieu de simplement nous concentrer sur nous-mêmes ». Cette année, avec les Jeux olympiques derrière eux, ils ont cessé de s’inquiéter. Maintenant, ils visent à être les meilleurs possible, prendre plaisir à ce qu’ils font, patiner librement et se mettre eux‑mêmes au défi avec ce nouveau et rare truc, le quadruple Salchow lancé.

Depuis qu’ils ont fait équipe, ils souhaitaient exécuter le quadruple. L’entraîneur Richard Gauthier ne voulait pas qu’ils prennent ce risque. Il leur a dit qu’ils devaient exécuter des programmes sans faute, avec les triples sauts, avant même de songer à ce quadruple – et de l’oublier jusqu’après les Jeux olympiques.

Durant leur tournée avec Stars on Ice, au printemps, ils ont recommencé à penser à ce quadruple saut. Avant de prendre des vacances après la tournée, ils l’ont essayé une fois – et Meagan a réussi la rotation, bien qu’elle ait fait une chute.

« Bon, je pense que ce sera possible », a pensé Eric.

Leur but était de perfectionner ce rare truc d’ici les Championnats du monde, à Shanghai, en Chine, en mars prochain. Jusqu’à présent, ils ont essayé le saut lancé quatre fois en compétition et l’ont bien réussi deux fois. Ils l’ont raté au Trophée NHK, au Japon, but l’adrénaline a pris le dessus. La leçon qu’ils en ont tirée, a fait remarquer Meagan, était de ne pas rendre ce saut aussi IMPORTANT.

Après avoir remporté leur première médaille d’or du Grand Prix aux Internationaux Patinage Canada, Meagan a ressenti la pression de réussir le quadruple saut au prochain événement et ils ont cessé de se concentrer sur leur plan. Ils ont à présent redressé leur trajectoire. Comme ils l’ont fait plutôt cette année, ils resteront calmes et laisseront les choses arriver.

En ce qui concerne Kaitlyn et Andrew, ils ont connu « une excellente saison jusqu’à présent », affirme Kaitlyn. « Nous avons concouru à chaque événement avec confiance et vigueur, ce qui a nous a menés à des notes gagnantes. »

La meilleure nouvelle, c’est qu’ils ont encore de grandes possibilités de croissance. Aux Internationaux Patinage Canada et au Trophée NHK, ils ont raté des notes pour certains éléments, mais ils ont travaillé à tous les petits morceaux du casse-tête pour « s’améliorer et devenir plus forts » à la finale, a signalé Kaitlyn. Ils ajoutent aussi plus de détails à leurs programmes, particulièrement la difficile danse libre, avec tous ses changements constants de positions et de prises. « C’est une nouvelle année et une nouvelle période quadriennale et nous sommes heureux de nous trouver au premier plan », a signalé Kaitlyn. « Et, nous espérons poursuivre l’excellente tradition de dominance en danse sur glace du Canada. »

Le Canada a remporté dix médailles à la finale du Grand Prix en danse sur glace, mais la dernière médaille d’or a été gagnée par Shae-Lynn Bourne et Victor Kraatz en 2002, avant les Jeux olympiques de Salt Lake City. Shae-Lynn y est maintenant pour beaucoup dans leur danse libre et les guide sur la voie du succès.

À la suite d’une décevante saison l’an dernier, après avoir raté les Jeux olympiques en raison d’une grave fracture de la jambe de Paul Poirier, l’autre équipe de danse du Canada constate que sa saison se déroule exactement comme prévu. L’équipe a établi de nobles buts cette année et les atteint : médailles gagnées aux événements du Grand Prix et qualification pour la finale.

Leur difficile saison a changé leur perspective, leur a montré qu’ils pouvaient s’améliorer rapidement et déjà ils ont une longueur d’avance en comparaison d’où ils se trouvaient aux Championnats du monde, la saison dernière. La jambe droite de Paul est toujours faible et sa cheville a une amplitude de mouvement limitée, mais il peut s’entraîner au maximum de sa capacité et la blessure ne le restreint pas. Ils sont reconnaissants d’avoir pu dépasser les Américains Madison Hubbell et Zach Donohue cette saison, alors que l’an dernier ils étaient à égalité avec eux.

Meagan et Eric, les aînés du groupe, âgés de 28 et 29 ans, sont heureux de ne pas avoir cessé de patiner après la saison dernière. « Nous avons acquis de la sagesse depuis la saison dernière », affirme Meagan. « Je suis très heureuse de ne pas avoir décidé d’abandonner l’an dernier. Je n’aurais jamais su ce que c’était que de patiner librement. »

Les plus grands ambassadeurs du patinage

Par Debbi Wilkes

Le monde du patinage peut être à la fois étrange et merveilleux.

Un athlète peut se trouver au haut du podium, recherché par les partisans et glorifié pour ses exploits, puis le moment suivant, il peut avoir l’impression qu’on l’a oublié, qu’il n’est pas à sa place et se sent mal à l’aise dans un monde qu’il dominait.

Qu’advient-il de ces incroyables champions une fois que leur carrière compétitive semble avoir été réduite à quelques lignes au palmarès?

Évidemment, certains continuent à participer au sport à titre d’entraîneurs, d’officiels et de bénévoles, mais beaucoup d’autres poursuivent leur vie loin du patinage et les expériences et souvenirs de performances, qu’ils chérissent et qui avaient fait la manchette des journaux, évoquent des réminiscences lointaines.

Quelques-uns ont été intronisés au Temple de la renommée de Patinage Canada, fondé en 1990 en reconnaissance des athlètes qui ont connu un succès international exceptionnel et des entraîneurs, officiels et bâtisseurs qui ont fait une contribution exceptionnelle au patinage au Canada. Bien que cette reconnaissance soit bien méritée et réjouisse les personnes concernées, de faibles ressources ont été disponibles pour la planification des « prochaines étapes » de la poursuite du développement du potentiel des talentueux membres du Temple de la renommée ainsi que des champions qui sont montés sur le podium senior canadien.

Ce groupe illustre et élite de personnes, nos anciens champions canadiens et, potentiellement, les plus grands ambassadeurs du patinage, a constitué de silencieuses parties prenantes de la promotion du patinage. Ils ont acquis des habiletés, une rare expertise et de riches connaissances qu’ils peuvent partager, mais Patinage Canada n’avait jamais déterminé comment tirer parti de leur puissance collective pour promouvoir notre sport… jusqu’à présent.

Au cours du 100e anniversaire des Championnats canadiens, la saison dernière, à Ottawa, près d’une centaine d’anciens champions seniors canadiens et membres du Temple de la renommée ont été invités par Patinage Canada à assister à l’événement. Les anciens ont profité de places réservées aux dignitaires et de laissez-passer pour le salon des dignitaires tout au long de la compétition, dont les hôtes étaient le gouverneur général et Mme Johnston, à Rideau Hall, et ont été célébrés à des séances d’autographes pour les partisans et au Gala final des anciens en présence de l’équipe olympique de 2014. Des épinglettes et des foulards de conception ont également été produits pour commémorer l’occasion.

Donald Knight, quatre fois champion canadien et médaillé de bronze des Championnats du monde de 1965, a décrit ses émouvantes retrouvailles avec tant d’anciens collègues et amis. « Nous avons tous en commun d’avoir concouru et représenté nous-mêmes, nos familles et notre pays, quelque chose que nous chérirons et partagerons toujours. »

Pour le patinage, Ottawa a été un jalon important. Seulement trois autres sports ont une aussi longue histoire au Canada. Et, la reconnaissance de l’existence et de l’importance de cette histoire par le biais de ses champions a représenté pour les partisans et les concurrents actuels une occasion d’apprendre de première main comment le sport a évolué.

Comme Don, la médaillée d’argent des Jeux olympiques de 1988, Elizabeth Manley, y a assisté parce qu’il s’agissait d’une formidable occasion de se réunir avec tous les patineurs au fil des ans et ses héros du passé.

« J’ai été tellement impressionnée et c’était tellement excitant de s’asseoir avec des gens que je n’avais pas vus depuis des années et de regarder nos étoiles actuelles et futures concourir. Ce fut aussi très émouvant par moment, lorsque je me suis entretenue avec des patineurs que j’avais admirés toute ma vie », a déclaré Liz.

Le Programme des anciens à Ottawa a certainement remporté un succès retentissant auprès des anciens, des concurrents et des partisans. Tout à coup, le passé, le présent et l’avenir se sont unis et les moments magiques créés ont permis aux anciens de se rendre compte qu’ils étaient vraiment de précieux et importants membres de la famille du patinage… et loin d’être oubliés.

À quoi peuvent s’attendre les anciens à l’avenir?

Cette année, à Kingston, aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire, qui se tiendront du 19 au 25 janvier 2015, un autre programme pour les anciens sera offert afin d’attirer nos anciens champions et de raviver leur intérêt et leur engagement. Le programme de cette année ne sera pas tout aussi grisant que celui du 100e anniversaire à Ottawa, mais il offrira encore la formidable occasion aux anciens d’élargir leur communauté et d’être reconnus pour toutes leurs contributions au patinage. Des places spéciales, un accueil de dignitaire, des séances d’autographes et un brunch de célébrations feront partie du programme. Les anciens pourront aussi célébrer la cérémonie d’intronisation au Temple de la renommée, lors de l’exhibition de dimanche, honorant l’incroyable créativité de la chorégraphe, Lori Nichol.

Pour Liz Manley, l’établissement d’un fort programme pour les anciens donne, aux anciens champions, l’occasion de rester proche de la famille du patinage, quelque chose qui est important d’après elle pour le succès continu. « La reconnaissance de notre histoire fait du Canada un pays plus fort dans le monde international du patinage parce qu’il est bon d’inspirer la confiance et la fierté dans tout ce que nous faisons sur la glace, aujourd’hui et à l’avenir. »

Ce qui a commencé comme une petite idée pour Patinage Canada est devenu un programme croissant avec un potentiel inspirant. Non seulement est-ce le but de l’organisation de célébrer les réalisations des anciens, mais c’est aussi dans les plans à long terme de Patinage Canada d’élaborer une initiative qui permette d’organiser, d’illustrer et de commercialiser l’incroyable histoire que représentent les anciens.

Félicitations aux plus grands ambassadeurs du patinage!

Nous espérons vous voir tous à Kingston.

0270 0448 0463 0851

Élisabeth Paradis et François-Xavier Ouellette dansent sous le feu de leur propre projecteur

S’il y a une leçon qu’Élisabeth Paradis et François-Xavier Ouellette ont apprise au cours des quelques derniers mois, c’est que chaque jour qu’ils mettent pied sur la glace, ils doivent s’efforcer de faire mieux, quoi qu’il arrive.

Peu importe les déceptions, la grisante compétition au-delà des murs de leur centre d’entraînement, les chances qu’ils ont ratées et, aussi, peu importe qu’avant cette année, personne n’avait jamais vraiment entendu parler d’eux. En fin de compte, rien de tout cela n’a eu d’importance.

À présent, leurs performances – et leur histoire – font verser des larmes. Leur danse libre? Ils l’exécutent sur la chanson Un peu plus haut de Ginette Reno, une chanson inspirante que l’entraîneure et chorégraphe Marie-France Dubreuil a entendue aux Jeux olympiques de 2010. Elle a su immédiatement qu’il en ressortirait une excellente danse libre. Mais, il a fallu d’un à deux ans pour qu’Élisabeth et François-Xavier puissent utiliser une telle musique. « Cette année, nous avons cru que nous étions assez bons », a déclaré Élisabeth.

Quand ils se sont produits aux Internationaux Patinage Canada, à Kelowna, en Colombie‑Britannique, les gens se sont levés, après avoir observé des taches de rose et de gris passer joyeusement d’une jolie position à l’autre. Les champions olympiques de 2010, Tessa Virtue et Scott Moir regardaient aussi, à l’écart. « Oh mon Dieu », s’est écriée Tessa. « Ce fut un incroyable programme, probablement mon favori de la soirée. Il vraiment eu un impact. »

« Un peu plus haut, c’est presque vraiment comme notre histoire », a avoué Élisabeth. L’équipe vise plus loin et de plus en plus haut.

Tessa et Scott avaient vu Élisabeth et François-Xavier au camp national d’entraînement, en septembre. « Nous les avons aussi vraiment aimés au camp », a affirmé Scott.

Le fait qu’ils participent même au camp était un miracle, une pause. Ils ne faisaient pas réellement partie de l’équipe nationale, ayant terminé huitièmes aux Championnats canadiens précédents et septièmes l’année antérieure. Pourtant après avoir obtenu la cinquième place à la Coupe de Nice l’an dernier, grâce à de bonnes notes, Patinage Canada les a invités au camp.

Ils étaient radieux, simplement d’être là, au camp. La Coupe de Nice avait été leur première compétition internationale, parce qu’ils n’avaient jamais été affectés à des événements du Grand Prix junior. Ils étaient toujours sur le seuil. « Nous étions au niveau junior pendant deux ans et ce fut de très fortes années, toutes les équipes novices de la Colombie-Britannique grimpant aux rangs juniors et, ainsi, nous n’avons pas eu notre chance », a déclaré Élisabeth. Ils sont maintenant tous deux âgés de 22 ans.

Ils étaient occupés à s’entraîner à la patinoire, lorsque leurs amis et camarades d’entraînement, Sara Hurtado et Adrian Diaz (d’Espagne) les ont appelés pour leur dire qu’ils avaient aussi été affectés aux Internationaux Patinage Canada, tout comme eux. Ils ont cru que c’était une blague. Mais, ce ne l’était pas. « Nous étions vraiment reconnaissants à Patinage Canada de nous donner cette chance, d’avoir confiance que nous allions bien réussir », a ajouté Élisabeth. Ils avaient espéré obtenir un événement du Grand Prix la saison suivante.

Seulement une semaine et demie environ avant Skate America, ils ont appris qu’ils allaient aussi à Chicago, après que les Reeds se soient retirés en raison de blessure. Ils venaient de rentrer du Trophée Nebelhorn, où ils avaient terminé en cinquième place. « Bonne chose que nous n’avons pas pris quelques jours de congé », a soutenu Élisabeth.

Huitièmes après la danse courte et leurs nerfs leur donnant l’impression que leurs jambes étaient du spaghetti, Élisabeth et François-Xavier ont surpris tout le monde en terminant quatrièmes en style libre et quatrièmes au classement général à leur premier Grand Prix.

« Skate America était notre première expérience à un Grand Prix », a déclaré François-Xavier. « C’était nouveau et passionnant. Nous avons eu beaucoup de plaisir, à nous entraîner et à profiter simplement du moment. Je pense que nous étions tous deux un peu nerveux avant la danse courte, donc nous avons été très heureux de rester debout, sur nos pieds. Mais, nous étions bien préparés ».

Ils étaient plus détendus dans le programme libre. Ils savaient à quel niveau ils feraient face, parce qu’ils s’entraînent avec de fortes équipes au Québec.

Les Championnats nationaux les ont préparés pour l’expérience aux Internationaux Patinage Canada. « C’était tellement agréable d’aller s’échauffer et d’entendre tout le monde vous encourager! », a soutenu Élisabeth. « Et, il y avait des drapeaux canadiens partout. C’était vraiment génial. »

Élisabeth et François-Xavier ont commencé à patiner ensemble il y a quatre ans, lorsque leurs partenaires précédents ont décidé d’abandonner. François-Xavier travaillait avec l’ancien danseur sur glace Pascal Denis, qui emmené le jeune patineur avec lui quand il est allé travailler à l’école de Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon, à Montréal. Élisabeth s’entraînait auparavant à Québec, donc elle a dû déménager à Montréal pour patiner avec François-Xavier.

« Ce fut une décision très facile pour moi, parce que Xavier était le meilleur patineur auquel je puisse penser dans la province de Québec », a fait remarquer Élisabeth. Ils ont compté parmi les premiers patineurs à l’école de Marie-France et Patrice, qui a continué à régulièrement accueillir de forts patineurs internationaux. « Nous sommes une grande famille et c’est vraiment amusant », affirme François-Xavier.

« Elle nous apprend à devenir de vrais champions », a dit Élisabeth, en parlant de Marie‑France. « Parce que c’est ce qu’ils étaient, non seulement sur la glace. »

Soutenus par la confiance, ils ont exécuté leur danse libre de façon sensiblement différente au Trophée Nebelhorn et aux Internationaux Patinage Canada. À Kelowna, ils ont peint un magnifique tableau. Leur but est d’apprendre de chaque compétition, afin de s’améliorer chaque jour. Cet état d’esprit les a amenés jusqu’ici.

« Notre premier événement international a eu lieu il y a un an », a fait observer Élisabeth. « Maintenant, nous en sommes à notre deuxième Grand Prix. Ce n’était pas si facile quand nous étions jeunes et n’obtenions rien. Nous avons commencé au bas, mais avons continué à travailler dur. Nous ne sommes plus des remplaçants. »

Diffusion en direct du Défi Patinage Canada

PIERREFONDS, Qc __ Patinage Canada vous offre une place de choix grâce à la diffusion en direct du Défi Patinage Canada 2015, qui aura lieu à Pierrefonds, Qc, du 3 au 7 décembre.

La compétition s’amorce à 13 h (HNE), le mercredi 3 décembre. Ne manquez pas de regarder chaque performance dans les trois patinoires du Sportsplexe Pierrefonds.

Pour voir l’horaire de diffusion en direct, veuillez consulter l’horaire de compétition du Défi Patinage Canada. Une fois la compétition en cours, les visiteurs pourront avoir accès à la diffusion en direct sur la page de l’événement ou la page Dailymotion de Patinage Canada.

Le Défi Patinage Canada représente la dernière chance pour les athlètes de se tailler une place aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire 2015. La 101e édition des Championnats nationaux aura lieu du 19 au 25 janvier, à Kingston, en Ontario.

Diffusion en direct sur la page de l’événement ou la page Dailymotion de Patinage Canada.      Glace 1    Glace 3     Glace 4

Des patineurs convergent sur Pierrefonds pour le Défi Patinage Canada 2015

OTTAWA (ONT.) – Environ 500 patineurs de partout au Canada se rendront à Pierrefonds, Qc, en vue du Défi Patinage Canada 2015. L’événement de cette année se déroule du 3 au 7 décembre 2014, au Sportplexe 4 Glaces Pierrefonds.

Il s’agit du seul événement de qualification pour les patineurs novices, juniors et seniors qui souhaitent se tailler une place aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire 2015, qui auront lieu du 19 au 25 janvier 2015, à Kingston, en Ontario. Pour se qualifier en vue du Défi Patinage Canada 2014, tous les patineurs ont avancé par l’intermédiaire de leurs sections d’appartenance.

Au Défi Patinage Canada 2015 seront aussi couronnés les champions pré-novices canadiens de 2015 chez les hommes, les femmes, en patinage en couple et en danse sur glace.

Le membre de l’équipe nationale et représentant de la section du Québec Elladj Baldé, 24 ans, de Pierrefonds, Qc, retournera dans sa ville natale pour concourir chez les hommes seniors. Les autres membres de l’équipe nationale inscrits à la compétition sont Nam Nguyen, 16 ans, de Toronto, Ont., chez les hommes seniors, Kirsten Moore-Towers, 22 ans, de St. Catharines, Ont., et Michael Marinaro, 22 ans, de Sarnia, Ont., ainsi que Brittany Jones, 18 ans, de Toronto, Ont., et Joshua Reagan, 24 ans, de Dallas, Texas, É.-U., – Toronto, Ont., en patinage en couple senior.

Parmi les autres importants aspirants à une médaille, mentionnons les représentants de la section du Québec et concurrents au Grand Prix senior, Élisabeth Paradis, 22 ans, de Loretteville, Qc, et François-Xavier Ouellette, 22 ans, de Laval, Qc, ainsi que la nouvelle équipe senior formée par Lubov Iliushechkina, 23 ans, de Moscou, en Russie, et Dylan Moscovitch, 30 ans, de Toronto, Ont.

Au nombre des concurrents locaux du CPA des Deux-Rives de Pierrefonds, mentionnons Brandon Day (hommes pré-novices), Samantha Couillard et Nelson Sanchez Leemet (patinage en couple pré-novice), Sophia Simitsakos et Alexandre Roy (danse sur glace pré-novice), Sara Marier et Jeffrey Wong (danse sur glace novice), Cassidy McFarlane et Kyle Cayouette (danse sur glace novice), Sarah-Jade Latulippe et Alex Leak (patinage en couple junior), Christina Penkov et Aaron Chapplain (danse sur glace junior), Valérie Taillefer et Jason Chan (danse sur glace junior), Mariève Cyr et Benjamin Brisebois-Gaudreau (danse sur glace senior) et Andréanne Poulin et Marc-André Servant (danse sur glace senior).

Pour les inscriptions complètes et les ordres de départ des épreuves, veuillez cliquer ici.

Les billets d’admission générale sont en vente au Sportplexe 4 Glaces Pierrefonds tout au long de l’événement. Les billets toutes épreuves coûtent 50 $, les billets de jour seront en vente pour 10 $ mercredi, jeudi et vendredi et 20 $ samedi et dimanche. L’entrée est gratuite pour les enfants de 12 ans et moins.