Rencontrez des entraîneurs extraordinaires : Karen et Jason Mongrain

Par Debbi Wilkes

Les entraîneurs de patinage Karen et Jason Mongrain sont nerveux.

Ce n’est pas parce que leurs élèves concourent aux Championnats de section la semaine prochaine ou à cause des exigences auxquelles leur communauté et leur patinoire font face cette semaine aux Internationaux Patinage Canada, à Kelowna, en Colombie-Britannique. En tant qu’entraîneurs de patinage artistique de premier ordre, possédant une quarantaine d’années d’expérience combinée, cette équipe composée du mari et de la femme est habituée à ce genre de stress.

Ce qui les rend inquiets, cette semaine, est le fait que pour le gala d’exhibition de dimanche, ils doivent concevoir et enseigner près de six minutes de chorégraphie à plus d’une vingtaine d’étoiles internationales du patinage, la plupart qu’ils n’ont jamais rencontrées et dont beaucoup ne parlent pas l’anglais… et il n’y a qu’UNE seule répétition de 45 minutes, dimanche matin, à Prospero Place, pour en assurer le succès.

Ça semblerait un cauchemar.

Lorsque Patinage Canada leur a téléphoné pour leur demander s’ils voulaient s’en occuper, ils savaient instantanément que ce serait une tâche difficile, mais aussi une rare occasion qui ne peut se présenter qu’une seule fois dans la vie d’un entraîneur. La chance de travailler avec des patineurs d’élite de ce niveau, quelle que soit la situation, serait considérée comme un rêve pour un entraîneur. Ils ont accepté le défi, malgré le fait que cette période de l’année soit l’une de leurs plus occupées, avec les compétitions et l’entraînement au rythme le plus frénétique.

Alors, que comptent-ils faire?

La clé du succès du programme sera la sélection d’une excellente musique. Karen et Jason ont décidé d’utiliser ce qu’ils qualifient de « hard rock de genre cliché des années 80 », composé de musique très populaire, positive et énergique.

Gardant leur chorégraphie simple et mettant en vedette des patineurs individuels, voilà qui contribuera également à concevoir un excellent programme. D’ici à ce premier pas sur la glace, durant la répétition dimanche matin, Karen et Jason feront des recherches supplémentaires en ligne pour apprendre à mieux connaître les habiletés individuelles des patineurs et trouver des trucs qui contribueront à rendre le programme original. Ils encourageront aussi les patineurs à proposer quelques-unes de leurs propres idées pour ajouter à la chorégraphie et lui donner un peu plus de piquant.

L’équipe est bien consciente qu’après une semaine de compétition et de stress qui va de pair avec l’exécution, les patineurs voudront se déchaîner, montrer leur personnalité et s’amuser. Ils compteront sur ces facteurs de motivation pour engager les athlètes, qui sont enthousiastes et réceptifs aux nouvelles idées.

Il faudra tenir compte de la logistique dès que commencera le processus d’enseignement. Les patineurs seront répartis en équipes, probablement filles contre garçons. Et, comme toujours, la musique dictera exactement qui va où, fait quoi et quand.

Six minutes représentent une quantité massive de chorégraphie, mais, malgré leur nervosité, Karen et Jason feront appel à leur vaste expérience pour faire le travail et créer un dernier programme qui est mémorable et amusant pour les patineurs et les partisans. Et, les Mongrain font face à ce défi avec le même genre de dévouement, d’enthousiasme et d’énergie qui ont marqué leur brillante carrière à titre d’entraîneurs.

Jason admet que c’était purement par chance qu’il soit devenu entraîneur. En tant que patineur, il n’avait aucun désir d’être entraîneur… ce qui semblait être travail très stressant! Il venait tout juste de terminer sa deuxième année de collège et ne savait trop quelle direction prendre lorsqu’il a reçu un appel téléphonique à l’improviste d’un club, dans le petit village éloigné de Nakusp, C.-B., pour lui demander s’il voudrait entraîner ses 60 membres, dont plus de la moitié se trouvait au niveau de Patinage Plus. Reconnaissant que ce serait une expérience fascinante, Jason a pensé que ceci lui donnerait aussi le temps de prendre des décisions concernant son avenir. Mais lorsqu’il a commencé, il a été surpris de constater à quel point la profession d’entraîneur pouvait être gratifiante et après la première saison, il savait qu’il était mordu!

En revanche, Karen, sa femme et partenaire d’entraînement, a toujours su qu’elle voulait être une entraîneure. Elle avait environ vingt-cinq ans le jour où elle a trouvé une capsule témoin de son propre projet d’école lorsqu’elle était en cinquième année. Sur une page de questions et réponses où on lui demandait ce qu’elle voulait être quand elle serait grande et elle a répondu : « entraîneure de patinage! »

Karen a aussi commencé dans une petite collectivité, Grand Forks, C.-B., et comme Jason, s’estime chanceuse d’avoir amorcé sa carrière dans une petite ville où elle a appris à apprécier différents points de vue et a été obligée de se perfectionner avec des ressources limitées.

En rétrospective, certains des moments d’enseignement les plus heureux du couple ont été de voir les petits enfants avoir un plaisir fou sur la glace. S’amuser et être avide d’apprendre, voilà des qualités qu’ils remarquent le plus chez les patineurs qui participent pendant toute leur vie au sport. Karen et Jason enseignent à beaucoup de patineurs de compétition… et il y a souvent beaucoup de pression… mais en fin de compte, les deux entraîneurs essaient de créer une expérience qui est toujours pleine de plaisir et d’aventure, qui aidera à susciter le désir de rester impliqué dans le sport de quelque façon que ce soit après la fin de leur carrière de compétition.

« Rien n’est plus satisfaisant que d’entraîner un patineur de Patinage Plus jusqu’à la fin d’une longue et fructueuse carrière », affirme Karen. « Nous avons souvent les visites d’anciens patineurs qui nous informent de leur vie actuelle… c’est quelque chose que nous chérissons tous deux! »

Les deux partenaires jugent que l’entraînement permet de donner libre cours à la créativité et sont particulièrement fiers des étonnantes réalisations de leurs patineurs à Kelowna. Ces dernières années, le club a produit un bon nombre de classements dignes du podium aux championnats nationaux jusqu’au niveau junior, une réalisation spéciale pour leur club, grâce en partie au soutien et à l’engagement des bénévoles extraordinaires du club.

« J’adore entraîner et développer les patineurs », ajoute Jason, « mais je crois que la contribution la plus importante que je puisse faire est de travailler avec les jeunes entraîneurs. Ceci a un plus grand impact sur un nombre plus élevé de patineurs et sur les générations futures. Je suis également très fier de faire partie d’une équipe avec les bénévoles de notre club… une équipe qui renforce le profil et la valeur du patinage artistique dans notre ville. »

Karen et Jason estiment que le patinage est une excellente habileté dans la vie. La patience requise pour apprendre à tous les niveaux, faire face à la peur, faire preuve de créativité, répondre aux besoins en matière de conditionnement physique, traiter des hauts et des bas dans l’entraînement et la performance et, surtout, persévérer… sont toutes des habiletés qui sont utiles dans la vie.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.