Piper Gilles et Paul Poirier font appel au champion olympique Christopher Dean pour attaquer le Paso Doble

Les sinistres notes de leur danse libre inspirée d’Hitchcock étant dans leurs rétroviseurs, Piper Gilles et Paul Poirier voulaient un thème plus traditionnel pour leur danse courte cette saison.

Thème traditionnel, oui. Chorégraphe traditionnel, non.

Imaginez la sensation d’avoir le champion olympique de 1984, Christopher Dean, qui conçoit votre danse courte – sur le rythme du Paso Doble. Piper et Paul, qui se rendront en Colorado Springs en mai, ont ressenti exactement cette sensation.

Il va peut-être sans dire, mais Jayne Torvill et Christopher Dean ont exécuté la danse emblématique du Paso Doble au cours de la saison 1984, et bien qu’on semble plutôt se rappeler d’eux pour leur danse libre sur la musique Bolero, certains ont eu comme beaucoup – sinon plus – la chair de poule en regardant leur Paso Doble. Ils ont obtenu six points sur 6,0 pour cette danse aux championnats européens, où ils ont probablement présenté leur meilleure performance. Pas certain de ce que signifiait ce 6,0? La perfection.

Sur la couverture de leur biographie de 1984, rédigée par John Hennessy, un journaliste de The Times, se trouve une photographie de Jayne et Christopher vêtus de leurs costumes de Paso Doble et quel costume! Il n’était pas rouge, comme on s’y attendrait pour un Paso. Leurs costumes étaient blancs, noirs et or. Et, la robe de Jayne comptait une cape flottante, avec des plis blancs qui pendaient de façon charmante de ses bras tendus – ne verrait-on jamais quelque chose de semblable?

Tout d’abord, Christopher n’était pas sûr qu’il veule tenter de chorégraphier une danse courte, ce qu’il n’avait jamais fait auparavant. La danse courte n’existait pas à son époque. Son Paso Doble, sur la musique Capriccio Espanol de Nikolaï Rimski-Korsakov, était une danse sur tracé prescrit, avec leur nouveau tracé répété trois fois. Ce nouveau programme court combine l’ancienne danse courte avec la danse imposée, compte tenu de quelques nouveaux changements apportés aux règlements cette année.

« Essayons diverses choses », a-t-il dit.

« Nous sommes allés sur la glace et avons commencé à exécuter des éléments », a-t-il signalé. « Oui, connectons-les », a déclaré Paul. « Et, nous sommes partis avec un programme ».

Chose étrange, Christopher tenait « catégoriquement » à ce qu’ils utilisent son vieux Paso de Capriccio Espanol, a dit Piper.

« C’était un peu un honneur pour lui que nous voulions utiliser ce morceau », a soutenu Piper. « Nous avons examiné d’autres morceaux, mais celui-ci semblait convenir. »

La musique de Capriccio Espanol représente la seconde moitié de leur programme. « Nous devons vraiment y faire justice », a affirmé Piper.

Et les costumes? Ils font bien penser aux merveilleuses tenues de Jayne et Christopher en 1984. Mais, Piper porte une cape noire, plutôt que blanche, et elle tombe plus bas, en dessous des bras. « Il voulait initialement une cape exactement comme celle de Jayne », a dit Piper. « Mais, nous voulions faire quelque chose d’un peu différent, tout simplement parce que nous sommes une différente équipe. »

Ils aimaient le concept du noir et blanc, mais ont ajouté des touches de rose.

En portant une telle cape, même si elle était différente de celle de Jayne, Piper a vraiment suivi ses traces. Au début de leur entraînement pour le Paso Doble, Jayne portait une tenue d’entraînement semblable à son costume de compétition, afin de s’habituer à l’ondoiement du tissu et aux difficultés de faire les prises avec le costume. Toutefois, dans une patinoire publique, Jayne a enlevé le prototype et enfilé une robe de patinage traditionnelle pour créer un élément de surprise au moment de la compétition.

Ceci a gravement perturbé leur performance. De toute évidence, ses bras tendus n’avaient pas le même effet. Nerveux, Christopher a tenté de modifier la chorégraphie jusqu’à ce que la championne du monde britannique Courtney Jones (qui avait conçu leurs costumes) intervienne et les aide à revenir au programme original.

Comme Jayne, Piper a dû apprendre à patiner avec du tissu virevoltant. « Il a fallu un peu d’adaptation [pour patiner avec le costume] », a déclaré Piper. « Je porte la cape tous les jours quand j’exécute le programme, donc je m’y suis habituée après un certain temps. Maintenant, elle ne m’embête plus. Même quand elle passe par-dessus ma tête, je ne suis pas décontenancée. Il y a toujours quelque chose qui virevolte. »

Piper a avoué qu’ils avaient joué avec le costume quelques fois, le mettant même autour de son cou « lorsque nous nous amusons. Je me sens plus comme Dracula. C’est la cape noire. » Paul blague qu’ils jouent les super héros.

Travailler avec Christopher n’a pas été une expérience nouvelle pour ni l’un ni l’autre. Ils ont tous deux travaillé avec lui avec d’anciens partenaires. « Il nous connaissait assez bien pour travailler avec nous deux, ensemble », a déclaré Paul.

Christopher a chorégraphié une danse libre pour eux durant leur première saison comme équipe, ce qui les a aidés à gagner la médaille de bronze nationale. Il a également conçu un programme d’exhibition pour eux. (On pourrait deviner que ce n’était pas celui dans lequel Paul patinait vêtu d’un caleçon boxeur de couleur or brillant.)

Piper admet que ce fut amusant de travailler avec Christopher, mais c’était aussi épuisant. « Il est perfectionniste », soutient-elle. « Parce que je suis la patineuse, je me fais souvent lancer, j’ai donc mal partout. Mais, Paul était aussi endolori. Il nous fait travailler vraiment, vraiment fort, ce qui est bon. »

« Nous devons exiger beaucoup de nous-mêmes », a déclaré Paul. « Maintenant est le temps de vraiment nous épanouir et d’exiger beaucoup de nous-mêmes, de sortir un peu de notre zone de confort, ce dont nous avons réellement besoin. »

Piper et Paul présenteront leurs nouveaux programmes aux Internationaux classiques d’automne 2014, en octobre, à Barrie, en Ontario. Ils ont aussi été affectés aux Internationaux Patinage Canada, qui auront lieu à Kelowna, en Colombie-Britannique, et au Trophée Éric Bompard, à Bordeaux, en France. « Nous serons dans deux pays viticoles », a ajouté Paul, avec un sourire.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.