Amis et rivaux, les équipes canadiennes de patinage en couple prêtes à vivre le rêve olympique à Sotchi

Quelques secondes avant la performance déterminante de sa vie, Dylan Moscovitch cherchait presque à serrer quelqu’un dans ses bras.

Mettant pied sur la glace avec sa partenaire Kirsten Moore-Towers pour leur programme libre de patinage en couple aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire, le mois dernier, à Ottawa, Dylan a jeté un coup d’œil au lieu réservé aux étreintes et aux larmes. Leurs amis proches, Paige Lawrence et Rudi Swiegers, qui venaient tout juste d’entendre leurs notes du programme libre, ressentaient l’émotion de s’être tout juste taillé une place sur le podium – ce qui s’accompagnait d’une place dans l’équipe olympique canadienne.

Alors que Paige a succombé à l’émotion du moment et versé des larmes, Dylan, pendant l’espace d’un instant, ne voulait rien de plus que de montrer un peu d’amour.

« Je les ai vus dans l’aire réservée aux étreintes et aux larmes et Paige pleurait et j’ai pensé « attendez un peu, je ne peux pas patiner tout de suite, je dois aller les serrer dans mes bras », signale Dylan en riant.

C’est comme ça la vie pour les trois inscriptions canadiennes en patinage en couple à ces Jeux de Sotchi, avec les triples champions canadiens Meagan Duhamel et Eric Radford se joignant à Kirsten, Dylan, Paige et Rudi pour épauler les espoirs du Canada dans l’épreuve. Les concurrents et rivaux, coéquipiers et amis, réaliseront chacun leurs propres rêves, mardi, lorsque l’épreuve individuelle de patinage en couple – un oxymoron exigé en raison de l’épreuve par équipe qui vient de se terminer, pour laquelle le Canada a réclamé la médaille d’argent – débutera au spectaculaire centre de patinage artistique Iceberg.

Si on se souvient bien, ce samedi soir à Ottawa, le mois dernier, Kirsten et Dylan ont établi un nouveau record canadien durant le programme libre, semblant paver la voie pour leur deuxième titre national.

Mais, pas si vite.

Ce record n’a duré qu’environ cinq minutes, avant que Meagan et Eric le battent de nouveau et remportent le titre national pour une troisième fois. L’histoire s’était répétée. Au mois de janvier précédent, aux Championnats canadiens à Mississauga, Ont., Kirsten et Dylan ont battu le seul record canadien à ce moment, que Meagan et Eric ont écrasé quelques minutes plus tard.

Pour ceux qui aiment les statistiques, Kirsten et Dylan ont la distinction unique d’avoir détenu deux records canadiens pendant environ dix minutes en tout – et de posséder une paire de médailles d’argent pour leurs efforts.

Lorsque Kirsten et Dylan ont remporté leur titre canadien en 2011, Meagan et Eric ont été médaillés d’argent.

Eric affirme que Dylan est « mon meilleur ami et mon principal rival ».

« Ils sont très bons et je pense qu’ils sont l’une des principales raisons pour lesquelles Eric et moi sommes aussi bons que nous le sommes », a dit Meagan à propos de Kirsten et Dylan. « Qu’ils le sachent ou non, je crois qu’ils nous font exiger plus de nous-mêmes et nous rendent meilleurs. C’est une excellente rivalité que nous avons créée. »

« Le patinage en couple canadien a manifestement atteint un point culminant en ce moment et nous sommes fiers de nous pousser les uns les autres à faire mieux », a ajouté Kirsten. « Ils nous poussent et ne nous rendent jamais la vie facile et je crois que nous faisons de même. »

Pendant la plus grande partie des quatre dernières saisons, les deux équipes ont lutté pour la suprématie en patinage en couple canadien, Meagan et Eric ayant un très léger avantage. Tranquillement, sans la fanfare et l’attention qui sont accordées à leurs coéquipiers de patinage en couple à ces Jeux olympiques, Paige et Rudi ont écrit leur propre histoire. La médaille de bronze à Ottawa état leur quatrième fois consécutive en troisième place aux championnats nationaux.

Hors glace, Kirsten, Dylan, Paige et Rudi ont forgé une relation inébranlable, une amitié qui va au-delà de la couleur des médailles accrochées à leurs cous.

« Je crois que j’étais aussi heureux qu’ils (Paige et Rudi) deviennent membres de l’équipe olympique que je l’étais pour nous », a fait remarquer Dylan. « Nous avons tous grandi ensemble dans ce sport et de réaliser ensemble notre rêve est merveilleux. Nous le partageons avec des amis proches, ce qui est très spécial. »

« Lorsqu’il s’agit du programme, nous déployons tous les efforts possibles », déclare Rudi.

« Nous faisons de notre mieux quels que soient les résultats. Nous sommes tous de bons amis et avons tous travaillé dur pour y parvenir. Nous allons y prendre plaisir. »

Les trois équipes porteront le drapeau canadien à l’épreuve de patinage en couple de ces Jeux et se rendent compte qu’elles ont du pain sur la planche. Non seulement ont-elles la tâche peu enviable d’essayer de percer la cuirasse des champions du monde en titre Tatiana Volosozhar et Maxim Trankov, de Russie, mais aussi d’affronter les quadruples champions du monde, Aliona Savchenko et Robin Szolkowy, d’Allemagne, qui voudront bloquer la voie menant au podium.

Peu de marge de manœuvre pour la cérémonie de remise des médailles, bien que Meagan et Eric auront la confiance que leur a donnée une médaille de bronze remportée aux Championnats du monde ISU de patinage artistique de l’an dernier à London, Ont.

Comme on s’y attendrait presque, Kirsten et Dylan se trouvaient sur leurs talons à London, se classant quatrièmes. Comme on dirait, les vieilles habitudes ont la vie dure.

Durant leur conférence de presse après l’épreuve, à Ottawa, Kirsten et Dylan se sont lamentés en plaisantant de leur record canadien de courte durée, leur deuxième en deux ans.

« J’aimerais bien garder le record à un moment donné », a déclaré Dylan, en riant.

Une petite plaisanterie entre amis.

Et, rivaux.

Marty Henwood

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.