KINGSTON, ONTARIO – Selenz Zhao n’a pas eu un parcours facile et sans encombre à ses premiers championnats nationaux de patinage au Canada : difficultés de voyage, blessure, courbes d’apprentissage.

Née à Seattle, Selenz est devenue une Canadienne transplantée cette saison, et mercredi, elle a finalement trouvé sa place, terminant au premier rang dans le programme court féminin junior avec 50,21 points, soit deux points de plus que sa plus proche rivale.

Selenz n’avait terminé qu’en septième place à l’événement Défi Patinage Canada, préalable à cette compétition, mais elle n’était de retour sur la glace que depuis deux semaines, après s’être blessé le pied droit pendant l’entraînement, durant l’exécution d’une ambitieuse combinaison de triple flip-triple boucle piquée.

Elle n’avait pas patiné pendant deux semaines, après une mauvaise réception sur cette combinaison. C’était tellement douloureux qu’elle ne pouvait pas marcher le lendemain. Et quand elle s’est remise au travail, elle ne pouvait pas s’entraîner normalement parce que tout faisait mal quand elle essayait à nouveau cette combinaison. Avant cet événement, elle ne pouvait pas s’entraîner à exécuter la version triple-triple de sa combinaison.

Mercredi, elle a exécuté une combinaison de triple flip-double boucle piquée, absolument magnifique, suivie d’un triple Lutz. Après avoir réussi un bon double Axel, elle s’est mise à sourire et a terminé le programme de cette façon, patinant comme sur un nuage.

Alors que la semaine se déroule, Selenz se dit « honorée » d’avoir l’occasion de patiner pour le Canada aux Championnats nationaux. « C’est tellement génial », dit-elle. « Je suis ici et c’est merveilleux. Tout ceci est tellement différent pour moi et je suis simplement heureuse d’en faire partie. »

Sa mère est venue la regarder à Kingston. « C’est vraiment extraordinaire parce qu’elle était à Ottawa pendant si longtemps », a déclaré Selenz. Et, Kingston lui rappelle son foyer. « C’est agréable de la voir retrouver ses racines », a ajouté Selenz.

Les buts de Selenz, cette année, sont plutôt indéfinissables. « Au début de la saison, je ne savais pas à quoi m’attendre » a-t-elle dit. « On ne sait pas vraiment ce qui est possible ou non. »

Sa participation à quelques événements du Grand Prix junior a représenté un avantage et Selenz a beaucoup appris, bien qu’elle ait eu d’horribles problèmes de voyage aux deux événements. À son voyage à Dresde, en Allemagne, son vol a été annulé en raison d’une grève de Lufthansa.

Elle a aussi appris ce que c’est de concourir contre des patineuses d’autres pays. « Un élément très important est la confiance », dit-elle. Elle est arrivée en Allemagne, ébahie par les patineuses russes et japonaises, dont elle avait tellement entendu parler. Puis, elle s’est tout à coup rendu compte qu’elles exécutaient toutes les mêmes sauts. « Ce fut une révélation », a‑t‑elle fait remarquer.

Justine Brasseur a aussi appris beaucoup cette semaine. Elle et son partenaire Mathieu Ostiguy sont les nouveaux champions de patinage en couple novice, grâce à une puissante performance qui leur a mérité 111,63 points. La veille, Justine a présenté une performance inhabituellement médiocre en style libre féminin novice, après avoir été en tête du programme court – et a dû se contenter d’une médaille de bronze. Son entraîneure Josée Picard a dit que lorsque son premier saut du programme a été un peu maladroit, Justine s’est tendue. Josée savait que ce serait difficile par la suite étant donné que Justine a décidé de faire preuve de prudence.

Mais, dans l’épreuve de patinage en couple novice, Justine et Mathieu – patinant en couple pour la première fois cette saison – ont exécuté de belles levées, de beaux lancers et de beaux sauts. Mathieu dit que la vrille était l’élément le plus difficile à apprendre pour lui. Ils ont fait une double vrille durant la compétition et après les Championnats nationaux, ils commenceront à s’entraîner pour exécuter une triple vrille.

« C’est un rêve devenu réalité », a affirmé Mathieu. Et, à propos du patinage en couple, après avoir refusé pendant tant d’années? « C’était une excellente décision », a avoué un jubilant Mathieu.

(La petite) Olivia et Mackenzie Boys-Eddy ont remporté la médaille d’argent avec 108,44 points tandis que Lori-Ann Matte et Thierry Ferland ont été médaillés de bronze avec 103,60 points.